< Retour

Re-confinement et aides financières

Publié le : 06/11/2020 à 10:54:57

Suite aux nouvelles mesures annoncées par le gouvernement, nous recommandons aux entreprises de prendre le temps de réaliser les démarches administratives pour obtenir ces aides financières.

Même si leur situation actuelle leur paraît stable, il ne faut pas hésiter : en effet, certaines entreprises qui ne sont pas fermées administrativement risquent de subir une baisse d’activité par effet « domino » suite à la fermeture de nombreux autres secteurs économiques.

Il est également important de se projeter sur d’éventuels futurs confinement en 2021. Il faut donc bâtir des prévisionnels d’activité, et des business plan avec des scénarios catastrophes pour évaluer la santé de sa structure financière.

Pour anticiper cette situation, obtenir le plus d’aides possible est l’une des solutions.Pour les entreprises qui n’ont pas encore digitalisée la fonction finance, cela doit devenir une priorité afin de pouvoir bien fonctionner pendant le confinement.

Pour rappel, dans les nouveaux dispositifs mis en place, on peut retenir les mesures phares suivantes :

  • Le maintien et extension du fond de solidarité qui peut aller jusqu’à 10 000 euros pour les entreprises fermées administrativement ou qui ont connu une baisse de chiffre d’affaire supérieure à 50% ;

  •  Tout bailleur qui, sur les trois mois octobre, novembre et décembre, accepte de renoncer à un mois de loyer, pourra recevoir un crédit d'impôt équivalent à 30 % de ce loyer. Les locataires concernés sont les entreprises de moins de 250 salariés qui sont fermées administrativement ou qui exercent dans les secteurs de l'hôtellerie, des cafés, de la restauration, de la culture ;

  • Exonération de charges sociales à 100 % pour les entreprises de moins de 50 salariés fermées administrativement sous la condition d’avoir perdu plus de 50% du CA par rapport à 2019 ;

  • Le report de la limite de souscription des PGE qui passe désormais au 30 juin 2021 et la confirmation que le remboursement du PGE pourra être étalé sur 5 ans avec un taux compris entre 1 et 2,5%, garantie de l’état comprise ;

  • Toutes les entreprises qui en font la demande peuvent obtenir un nouveau différé de remboursement d’un an du PGE.

Une vraie nouveauté : les entreprises qui n’ont pas eu le droit au PGE, peuvent demander un prêt d’état qui peut aller jusqu’à 10 000 euros pour les entreprises de moins de 10 salariés, et 50 000 euros pour les entreprises de 10 à 49 salariés. Pour les entreprises de 50 salariés et plus, l’état pourra accorder directement une avance remboursable à hauteur de 3 mois de chiffre d’affaires.